Chaque second week-end d’octobre, c’est désormais un rituel, je participe aux 20 km de Paris. Cette course qui fêtera en 2018 ses 40 ans, est une bonne occasion de parcourir les rues de la capitale sans être encombré par les véhicules et leur pollution.

Côté calendrier, c’est une de mes courses OBJECTIFS pour laquelle je me prépare pendant l’été…Eh oui, les inconvénients du métier de prof, c’est d’avoir toute cette période de vacances pendant laquelle il faut bien s’occuper !

Après mon bloc de quatre semaines et trois courses en Loire Atlantique, j’ai profité d’un mois de septembre pour peaufiner ma préparation.

A l’approche de l’échéance, je suis donc optimiste (même si une douleur à la cheville me fit lever le pied sur la dernière quinzaine) pour viser un chrono aux alentours d’1h20. Mon chrono réalisé en 2016 était de 1h22’46”.

En ce matin du 8 octobre, le plafond est bas et la pluie menace sur le Pont d’Iéna. Mon échauffement se fait sur le Champ de Mars, avec sa cohorte de coureurs, pas loin de 31 000 selon les organisateurs.

10h03, c’est le départ dans le SAS PREF 2 juste après la vague des élites.

Passage au 5ème km en 20’34”. Le départ est toujours lent, mais j’ai plutôt bien réussi à le gérer. La foulée est nettement plus fluide après le passage à proximité de l’Arc de Triomphe. Peu de difficultés sur cette portion, c’est droit et plat ! Mais ayant pris mon allure de croisière, je passe les kilomètres à l’allure définie.

Passage au 10ème km en 40’16”. Toujours sur les bases du chrono visé. Nous laissons Roland Garros derrière nous avant de rejoindre les quais de Seine. Je continue à grappiller des secondes. Adepte du negative split (à savoir une seconde moitié de course plus rapide que la première), je suis confiant sur mon allure.

Passage au 14ème km ….Bam ! Le coup de bambou ! Au sortir d’un tunnel, les jambes n’avancent plus. Je tape sur ma montre pour voir si elle fonctionne bien…Elle oui, les jambes par contre sont lourdes…très lourdes. L’arrivée n’est pas toute proche, encore six bornes à parcourir pour passer sous l’arche d’arrivée. Ça va être long…très long mais il faut tenir.

15ème…16ème…17ème…18ème….19ème…Bon là c’est fichu, le chrono tant espéré c’est définitivement envolé ! Le PR ça sera pour une prochaine édition !

20ème km….je fais bonne figure pour attraper une belle photo et j’en termine en 1h24′. Je me classe 891ème…. c’est pas ma me direz-vous ? Mouais, anecdotique car ce n’est pas ce que j’étais venu chercher.

Le bilan que je peux tirer, c’est que bien qu’ayant réalisé une préparation relativement correcte, la vérité reste la compétition. Et ce 8 octobre était un jour sans…du moins à partir du 14ème kilomètre. A moi d’apprendre de cette course et de cette défaillance pour repartir prochainement sur de nouveaux objectifs. Après tout l’essentiel, c’est de se faire plaisir et de pouvoir pratiquer ce que l’on aime !