Les aventures de Super Mario (vol. 2)

(récit de David 2)

    De retour de blessure, j’ai décider d’enchainer après le trail des Moulins, je me suis inscrit sur le 27km des Châteaux de Saint Cyr en Val, histoire de me forcer à faire une sortie longue avant Sancerre.

Les seaux d’eau qui tombent depuis Samedi soir, promettent une édition 2016 quelque peu … humide ….
L’orage gronde toute la nuit et déverse des trombes d’eau, je passerai une nuit pour le moins agitée. Peu de sommeil, très peu de sommeil. Au reveil, l’envie de ne pas y aller, il ne fait pas beau, je suis fatigué …
Une fois n’est pas coutume, il faut se mettre un bon coup de pied au c** et en avant.
Je vérifie une dernière fois la météo de ce Dimanche, on devrait passer entre les gouttes !! Au moins un bon point.

Je rejoins Julien de chez Mountera qui s’est aussi aligné sur le 27km. Lui aussi de retour à la compétition après une blessure, je me dit que ce serait une bonne chose de le suivre. Le mot d’ordre du jour, ce sera donc tranquille. On se dit qu’une allure à 5’30/km ne devrait pas être problématique à tenir sur les 27km.

C’est l’heure du départ, nous ne sommes pas très nombreux sur le “grand” parcours, du coup, pas besoin de jouer des coudes au départ. Et c’est parti !
Les chemins sont humides mais pas détrempés, pas trop de boue et les appuis sont corrects. Mais il y a quelque chose de bizarre, je vérifie mon allure sur la montre … ah ouais … je me traine … j’ai beaucoup de mal à tenir une allure correcte.
Première traversée de gué après le 4ème km .. ok nous aurons donc les pieds mouillés pendant tout le parcours !!! Je m’avance sur la berge doucement et rentre dans l’eau … je n’en fini pas de m’enfoncer … de l’eau jusqu’à la taille !! L’orage aura rempli les fossé mais aussi gonflé un peu les cours d’eau. Ca promet !
Arrive le premier ravito (5ème km), je suis complétement cramé, je n’avance pas et je peine beaucoup à tenir mon allure. Je suis scotché sur place, impossible d’accélerer. Je décide de ne pas m’arrêter. Julien lui s’arrête, je ne le reverrai pas du parcours.
Les kilomètres passent, mais pas vite, je peine, je ne prends pas de plaisir, je suis à la rue et je vais devoir finir au mental .. oui mais voilà, il reste encore plus de 20 bornes. dur !
Je m’accroche, je ne lâche pas, les gué, les sentiers s’enchainent, je peine, mais je maintiens le cap. Ma motivation du jour, rentrer sous les 2H30. Pas mal d’autres concurrents me double, c’est dur dans la tête car je n’arrive pas à accrocher les wagons ..
Je compte les kilomètres, à chaque bip de la montre, je me dis que c’est bientôt fini, que je vais enfin pouvoir rentrer chez moi. Je n’ai pas envie d’être là et je n’ai pas envie de courir !
Je serre les dents, musculairement, je ne peine pas, mais rien à faire, je ne peux pas courrir plus vite.
Encore qUelques kilomètres, encore quelques fossés, encore quelques ravitaillements …
Une dernière traversée de gué et c’est bientôt l’arrivée, je double même des coureurs du 8km partis bien après nous.
Je coupe la ligne d’arrivée en 2H29, ouf ! J’ai fini et je suis dans mon objectif. J’en ai marre, je n’ai qu’une envie, rentrer à la maison !!

Je prends le temps de manger un peu et je repars …

Au final, la première partie du parcours est très sympa et très ludique, petits sentiers, franchissement de gués et de fossés. Une Deuxième partie un peu plus monotone mais qui a au moins l’avantage d’être plus roulante.
Une organisation impeccable, un balisage tout juste parfait, des bénévoles souriants et très encourageants.
Avec un énorme barbecue d’après course offert à tous les participants (boudins, saucisses, merguez, brochettes … )

Ne serait-ce que pour sa convivialité et la qualité de son organisation, c’est un rendez-vous incontournable de la région.