Quelques heures après avoir bouclé le Grand Trail du Sancy – 60 km, Camille nous livre son récit :

“Après une saison 2017-2018 difficile (blessé début novembre avec arrêt total tout l’hiver), je m’inscris sur le Grand Trail du Sancy pour encourager mon frère venu de Normandie inscrit (au départ) sur le 33km. Poissard, je choppe la coqueluche cet été, ce qui sabote mon entraînement pour la course…

Nous arrivons donc le samedi avec un super soleil ! Le soir, je reçois le bulletin météo pour le lendemain qui est beaucoup moins sympa ! …Après une nuit pourrie (3h de dodo), réveil à 4h pour le départ à 5h30, pas un pet de vent dehors et super doux mais les organisateurs nous avertissent que là-haut, c’est autre chose : vent à 100km/h…

Après quelques km, avec tout un groupe de 150 personnes environ, nous nous rallongeons de 2 km car 60 km c’est pas assez !!

1er ravito au bout de 16km, je suis très bien ! Redescente vers la Bourboule et je me prends une racine d’arbre et je m’éclate bien un gros orteil ! (je ne le verrai qu’après) puis montée du Puy Gros avec le mauvais temps qui se renforce sur les hauteurs.

La redescente est difficile : les vieilles douleurs de ma jambe gauche réapparaissent.

2ème ravito (30km) ok mais mon moral se dégrade avec le temps…

Puis la montée des puy s’avère très dure pour moi : j’ai du mal à avancer avec le vent très fort, la visibilité est nulle et je commence à avoir froid, tant et si bien que je me dis que je vais abandonner au prochain ravito…

3ème et dernier ravito (42km) : le temps s’est dégagé en bas et les bénévoles me disent que c’est dégagé sur Chaudefour (pas sur le Sancy par contre). Après hésitations, je décide de continuer coûte que coûte…et je re-galope dans les montées ! Arrivé dans la vallée de Chaudefour il fait même chaud ! Le temps en montagne est très variable d’un endroit à un autre…puis 6.5 km de montée que je gère sauf…que proche du Sancy, plus de jus d’un coup, je m’assois et prends ma dernière barre de céréale et je repars. Il n’y a personne sur les hauteurs avec le temps pourri ! Redescente par les pistes de ski en douceur puis je repars sur le plat mais là à nouveau plus de jus et plus rien à becqueter ! Des randonneurs me donnent une barre de céréales salvatrice et après 10min, je repars à fond jusqu’à l’arrivée ! Résultat 10h36 pour 62 km et 3350D+, Je suis tout de même content de cette performance !”

Lien vers le classement : cliquez ici 

Bonne récupération et toutes nos félicitations ! A très vite pour de nouvelles courses pour cette saison 2018-2019 !